Croisière en Islande : les 5 incontournables

Envie de marcher dans les traces des Vikings ? L’Islande est la destination rêvée. Cette île, baignée par l’océan Atlantique, se trouve juste sous le Cercle polaire. Et ses divers sites naturels sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Bien souvent, une croisière en Islande débute par Reykjavik, sa plus grande ville.

Reykjavik, l’escale incontournable

De par son passé historique et son statut de capitale, la visite de Reykjavik ne manque pas d’intérêt. Reykjavik abrite des expositions archéologiques permanentes. Procédé de confection du vélin, pratique des enluminures et manuscrits médiévaux, sont présents au Musée national. La colonisation de l’île par les Scandinaves, vers 870, permet de découvrir l’habitat viking. La chronologie des faits historique est retracée au Saga Museum. Y figurent aussi les représentations des personnages historiques réalisées d’après des écrits vikings. Son implantation entre deux fjords fait de Reykjavik une ville agréable à vivre. Les deux tiers des Islandais habitant la capitale profitent de nombreux espaces verts et de sources d’eau chaude.

 Heimaey l’île aux macareux

Un peu plus au sud de Reykjavik, une croisière Islande permet d’accoster sur l’île habitée d’Heimaey. Cette terre de 13 km2 se constitue d’une plateforme hérissée de quelques volcans. L’Eldfell y a connu sa dernière éruption en 1973. Les plus de 4 000 habitants partagent leur environnement avec une importante faune aviaire. Pour observer le macareux, la mascotte d’Heimaey, se rendre à Garðsendi au sud de l’île. À proximité du port, nord de l’île, se trouvent « Heimaey Stave Church », une charmante petite chapelle. Non loin, le fort Skansinn et son enceinte de pierre près de laquelle s’arrête une coulée de lave.

Le Cercle d’Or et son activité géologique

À quelques miles de Reykjavik, le Cercle d’Or regroupe trois sites où se délasser dans des sources d’eau chaude inscrites dans un environnement naturel : le parc naturel et site historique de Thingvellir ; la zone d’activité géologique de Geysir, animée d’un geyser ; et la double vertigineuse chute d’eau de Gullfoss, gelée en hiver. C’est ici que l’appellation « Terre de glace et de feu » prend tout son sens. Et, si vous voyagez entre septembre et mars, vous pourrez ajouter un spectacle fascinant à votre programme, l’observation des aurores boréales.

 Les richesses naturelles de Snæfellsnes

La péninsule de Snaefellsnes se veut un condensé de richesses naturelles. Cette langue de terre fut rendue célèbre au travers du récit d’aventures « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne. Vous aussi, partez à la rencontre d’une de ses cascades. Offrez-vous une balade sur la plage de galets d’Ytri Tunga où se prélasse une colonie de phoques.

Privilégiez la découverte d’une étendue de lave séchée. Rendez-vous à l’extrémité de la péninsule recouverte par les glaces du Snæfellsjökull. Snæfellsnes est une zone habitée, ses côtes peuplées de villages de pêcheurs. Ne ratez pas les très typiques Hellnar et Arnarstapi.

Un bain au Lagon Bleu

En fin de croisière Islande, il est un lieu idéal pour se préparer aux heures de vol et au retour au train-train quotidien. A une quinzaine de minutes de route de l’aéroport de Keflavik, s’étend un lac majestueux. Sa particularité ? Une eau à plus de 30 °C, excellente pour l’épiderme. C’est le Lagon Bleu dans la péninsule de Reykjanes. De quoi se ressourcer après une dizaine de jours de visites, de randonnées et d’émotions.

Ernest Auteur